Antoine de Saint-Exupéry, Le Petit Prince (Le Secret du Renard)

“Ma vie est monotone. Je chasse les poules, les hommes me chassent. Toutes les poules se ressemblent, et tous les hommes se ressemblent. Je m’ennuie donc un peu. Mais, si tu m’apprivoises, ma vie sera comme ensoleillée. Je connaîtrai un bruit de pas qui sera différent de tous les autres. Les autres pas me font rentrer sous terre. Le tien m’appellera hors du terrier, comme une musique. Et puis regarde ! Tu vois, là-bas, les champs de blé ? Je ne mange pas de pain. Le blé pour moi est inutile. Les champs de blé ne me rappellent rien. Et ça, c’est triste! Mais tu as des cheveux couleur d’or. Alors ce sera merveilleux quand tu m’auras apprivoisé ! Le blé, qui est doré, me fera souvenir de toi. Et j’aimerai le bruit du vent dans le blé…”

Le renard se tut et regarda longtemps le petit prince :
“S’il te plaît… apprivoise-moi!” dit-il.
“Je veux bien, répondit le petit prince, mais je n’ai pas beaucoup de temps. J’ai des amis à découvrir et beaucoup de choses à connaître.”

“On ne connaît que les choses que l’on apprivoise,” dit le renard. “Les hommes n’ont plus le temps de rien connaître. Ils achètent des choses toutes faites chez les marchands. Mais comme il n’existe point de marchands d’amis, les hommes n’ont plus d’amis. Si tu veux un ami, apprivoise-moi!”
“Que faut-il faire?” dit le petit prince.
“Il faut être très patient,” répondit le renard. “Tu t’assoiras d’abord un peu loin de moi, comme ça, dans l’herbe. Je te regarderai du coin de l’œil et tu ne diras rien. Le langage est source de malentendus. Mais, chaque jour, tu pourras t’asseoir un peu plus près…”

Le lendemain revint le petit prince.
“Il eût mieux valu revenir à la même heure, dit le renard. Si tu viens, par exemple, à quatre heures de l’après-midi, dès trois heures je commencerai d’être heureux. Plus l’heure avancera, plus je me sentirai heureux. À quatre heures, déjà, je m’agiterai et m’inquiéterai ; je découvrirai le prix du bonheur ! Mais si tu viens n’importe quand, je ne saurai jamais à quelle heure m’habiller le cœur… Il faut des rites.”
“Qu’est-ce qu’un rite?” dit le petit prince.
“C’est aussi quelque chose de trop oublié,” dit le renard. “C’est ce qui fait qu’un jour est différent des autres jours, une heure, des autres heures. Il y a un rite, par exemple, chez mes chasseurs. Ils dansent le jeudi avec les filles du village. Alors le jeudi est jour merveilleux ! Je vais me promener jusqu’à la vigne. Si les chasseurs dansaient n’importe quand, les jours se ressembleraient tous, et je n’aurais point de vacances.”

Ainsi le petit prince apprivoisa le renard. Et quand l’heure du départ fut proche:
“Ah!” dit le renard. “Je pleurerai.”
“C’est ta faute, dit le petit prince, “je ne te souhaitais point de mal, mais tu as voulu que je t’apprivoise…”
“Bien sûr,” dit le renard.
“Mais tu vas pleurer!” dit le petit prince.
“Bien sûr,” dit le renard.
“Alors tu n’y gagnes rien!”
“J’y gagne,” dit le renard, “à cause de la couleur du blé.”

Puis il ajouta:
“Va revoir les roses. Tu comprendras que la tienne est unique au monde. Tu reviendras me dire adieu, et je te ferai cadeau d’un secret.”

Le petit prince s’en fut revoir les roses.
“Vous n’êtes pas du tout semblables à ma rose, vous n’êtes rien encore, leur dit-il. Personne ne vous a apprivoisées et vous n’avez apprivoisé personne. Vous êtes comme était mon renard. Ce n’était qu’un renard semblable à cent mille autres. Mais j’en ai fait mon ami, et il est maintenant unique au monde.”

Et les roses étaient bien gênées.
“Vous êtes belles, mais vous êtes vides, leur dit-il encore. On ne peut pas mourir pour vous. Bien sûr, ma rose à moi, un passant ordinaire croirait qu’elle vous ressemble. Mais à elle seule elle est plus importante que vous toutes, puisque c’est elle que j’ai arrosée. Puisque c’est elle que j’ai mise sous globe. Puisque c’est elle que j’ai abritée par le paravent. Puisque c’est elle dont j’ai tué les chenilles (sauf les deux ou trois pour les papillons). Puisque c’est elle que j’ai écoutée se plaindre, ou se vanter, ou même quelquefois se taire. Puisque c’est ma rose.”

Et il revint vers le renard:
“Adieu,” dit-il.
“Adieu,” dit le renard. “Voici mon secret. Il est très simple: on ne voit bien qu’avec le cœur. L’essentiel est invisible pour les yeux.”
“L’essentiel est invisible pour les yeux,” répéta le petit prince, afin de se souvenir.
“C’est le temps que tu as perdu pour ta rose qui fait ta rose si importante.”
“C’est le temps que j’ai perdu pour ma rose…” fit le petit prince, afin de se souvenir.
“Les hommes ont oublié cette vérité, dit le renard. “Mais tu ne dois pas l’oublier. Tu deviens responsable pour toujours de ce que tu as apprivoisé. Tu es responsable de ta rose…”
“Je suis responsable de ma rose…” répéta le petit prince, afin de se souvenir.

– Chapitre 21

French Full Text: http://www.math.polytechnique.fr/~tringali/documents/st_exupery_le_petit_prince.pdf

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s